barry ? Corporate venture et startup sous anabolisants !
Un modèle de fusée en jouet sur un bureau dans une chambre

Aaaah non, surtout, surtout que personne ne dise que nous ne sommes pas une “vraie” startup !!

Chez Barry, nous revendiquons le fait que nous ne sommes pas comme les autres. Être différent, c’est dans notre ADN. À bien des égards, nous ne sommes pas comme les autres fournisseurs d’électricité – et nous ne sommes pas non plus comme la plupart des startups. Même si nous faisons partie d’un grand groupe coté en bourse (Fortum), nous nous considérons à 100% comme une startup, « une startup sous anabolisants » pour être plus précis. Voyons pourquoi…

Qui peut prétendre être une start-up ?

Comment pouvons-nous prétendre être une startup lorsque nous faisons partie d’un grand groupe international ? C’est possible quand ce même grand groupe est réellement visionnaire, quand on a l’état d’esprit « startup » et, bien évidemment, une équipe passionnée par la même cause, décidée à créer chose de nouveau, de mieux, pour avoir un impact réel sur le marché.

Au Danemark, les exemples ne manquent pas

Au Danemark, les exemples de startups qui, au cours de ces dernières années, sont nées au sein d’une grande entreprise abondent. De plus en plus de grandes entreprises lancent des startups pour se faire concurrence à elles-mêmes. Cela demande de la vision, du courage… et de la discipline ! 

Pour les grandes entreprises, il s’agit d’être à l’avant-garde, d’être prêtes à investir pour poursuivre une idée, même si ça demande de prendre des risques. Ce type de projets est communément appelé une “corporate venture”, et c’est dans ce domaine que Fortum, notre propriétaire finlandais, a choisi d’investir. En principe, comme dans de nombreuses autres startups, un investisseur privé aurait pu investir du capital-risque chez Barry. Mais ici, comme le nom de “corporate venture” l’indique, il est question simplement d’un grand groupe comme unique “Venture Capitalist”. 

Les membres de la direction de Fortum ont bien étudié ce livre de référence : The Startup Way, par Eric Riess. Ainsi, chez Barry, nous avons l’immense chance que Fortum nous ait accordé une totale liberté pour nous développer, indépendamment de ses autres activités. 

Le même état d'esprit et les mêmes outils

De nombreux secteurs traditionnels sont actuellement confrontés à de nouveaux acteurs qui tentent de challenger un marché donné grâce, principalement, à une nouvelle approche et compréhension des consommateurs, et à la technologie. Dans cette catégorie de challengers ou « disrupteurs », en France, on pense par exemple à Luko ou Alan (assurance), Lydia (paiements entre particuliers), ou encore Swile qui met à mal le secteur traditionnel des tickets restaurant. Au Danemark, on pourra citer Lunar (néo-banque), ou encore Undo (assurance).

« Soho », « Meatpack » et autres endroits dynamiques

OK, d’accord, mais qu’est-ce qui fait que nous, chez Barry, nous nous considérons vraiment comment une startup ? Tout simplement parce que nous travaillons comme n’importe quelle autre startup « traditionnelle” » En plus du fait que nous soyons basés dans un espace de coworking où nous sommes entourés de startups innovantes (Soho, dans le quartier du Meatpack à Copenhague – à Paris : nous sommes en train de choisir le bon spot), nous travaillons avec le même dynamisme, le même rythme très intensif, le même engagement et la même énergie que n’importe quelle autre startup qui essaye de percer. Nous utilisons les mêmes outils, de Slack en passant par Google Hangout ou encore LastPass. Et puis, plus important encore, nous travaillons sur les mêmes principes de base tels que le “growth hacking”, “agile development” ou encore la méthodologie “lean”.

L'avenir de l'énergie t'intéresse ?

Inscris-toi à une série d'emails pour découvrir le futur de la consommation d'électricité, avec barry !

Bien sûr, nous sommes parfaitement conscient·es que notre situation financière est différente de celle de nombreuses autres startups. Mais le groupe Fortum ne nous fera pas nécessairement de fleur. Nous devons rentabiliser ce capital qu’il investit ! Par conséquent, nous travaillons dur pour atteindre les résultats attendus et être à la hauteur des fameux KPIs, ces indicateurs de performance clés, que nous avons définis avec nos propriétaires au début de chaque phase de croissance.

Avec pour base le Danemark, nous avons créé une energytech (une startup « tech » dans le domaine de l’énergie) aux ambitions européennes. Nous voulons vraiment bouleverser le marché en aidant nos utilisateurs à avoir une consommation d’électricité active et responsable. Rendre l’énergie électrique équitable et transparente afin que nous puissions soutenir la transition énergétique au niveau européen. Comme vous pouvez le constater, nous ne manquons pas de rêves ni de vision…

Pour continuer ta lecture

%s